• ACES
 • AM²P/MMO/BepiColombo
 • CHARM
 • COSIMA/ROSETTA
 • CUSP2002
 • DEMETER
 • DOUBLE STAR
 • HOTPAY-2
 • ISOPROBE/ARCAD3
 • MARS-GEOMICROPAL
 • MEMO/INTERBAL
 • MIP/ROSETTA
 • PWA/CASSINI-HUYGENS
 • PWS/PHOBOS
 • SOLAR ORBITER
 • STAFF/CLUSTER
 • TARANIS
 • TBF/ARCAD3
  WHISPER/CLUSTER

 
 • AMON
 • AMON-RA
 • ELHYSA
 • STAC
 • SALOMON
 • SALOMON-N2
 • SPIRALE
 
 • PROGRA2
 
 • SuperDarn
 
 • RE-SMIC (CIMS)
 • TOF-SIMS
 
 • Radiohéliographe
 • Radiotélescope
 • LOFAR
 
 • Modélisation d'une antenne électrique
 • Distribution en énergie de champs turbulents
 • MIPLASMO
 • Assimilation de données chimiques
 • Les réseaux de neurones dans les plasmas spatiaux
 • Fonction de distribution des ondes
 
 • SWAN
 • PRASSADCO
Crédit : nous remercions tous nos partenaires (dont CNES, ESA, NASA, etc) pour les images et photos mises à notre disposition.
 

————LPC2E ————
Reproduction interdite
sans autorisation préalable

  Expériences sous-ballons

    

 

 

Le nouvel instrument SALOMON-N2 financé par le CNES et développé au LPC2E est issu du concept du précédent instrument SALOMON (acronyme de Spectroscopie d'Absorption Lunaire pour l'Observation des Minoritaires et NO x ). Cet instrument d'environ 200 kg est embarqué sous ballons stratosphériques de volume variant de quelques dizaines à quelques centaines de milliers de m3 permettant des observations de la tropopause jusqu'à environ 40 km d'altitude dans le cadre de campagnes internationales opérées par le CNES à différentes latitudes (hautes et moyennes latitudes, latitudes tropicales). Il a effectué avec succès son premier vol en juin 2007 à moyenne latitude.

Utilisant une technique de spectrométrie UV-visible (continûment entre 350 et 970 nm) avec la lune comme source de lumière, SALOMON-N2 permet l'obtention en fonction de l'altitude des concentrations de différents composés chimiques stratosphériques (ozone, NO2 , NO3 et OClO) et de la dépendance spectrale en extinction des aérosols. Ces profils verticaux sont déduits de la mesure des absorptions par ces constituants de la lumière de la lune au cours de son trajet dans l'atmosphère. Pour réaliser ce type d'observation dite à distance, un ensemble de mécanismes (couplant optique, automatisme, mécanique et électronique) permettant d'orienter la nacelle avec précision et de capter la lumière malgré les mouvements du ballon a été développé au LPC2E. Lors du premier vol, la nacelle a été orientée face à la lune avec une précision de 0,075 degré et les mécanismes de pointage pour capter la lumière avaient une précision de quelques millièmes de degré durant tout le vol.

Le concept de la nacelle de SALOMON-N2 permettra dans un futur proche l'implémentation d'autres spectromètres pour la mesure d'autres constituants atmosphériques tels le méthane CH4 (pour des études de dynamique atmosphérique) et le monoxyde de brome BrO (pour une estimation des teneurs et tendances en brome stratosphérique). L'adaptation au pointage solaire sera prochainement effectuée ce qui fera de SALOMON-N2 la seule nacelle pointée au monde à pouvoir effectuer des observations de jour comme de nuit. Le collecteur d'aérosols DUSTER (Université de Naples) pourra également être intégré à la nacelle de SALOMON-N2 en même temps que le compteur optique STAC déjà embarqué en permanence ce qui permettra une caractérisation unique des aérosols stratosphériques grâce à l'analyse simultanée de ces 3 techniques complémentaires d'observation.

Les vols pourront être conduits dans le cadre de la nouvelle stratégie d'observation sous ballons longue-durée (typiquement une semaine) en cours de mise en place pour multiplier les cas d'étude.

Contact : G. Berthet

 

 

 

 


Nacelle de l'instrument SALOMON-N2

 


Nacelle de l'instrument SALOMON-N2 en vol