• ACES
 • AM²P/MMO/BepiColombo
 • CHARM
 • COSIMA/ROSETTA
 • CUSP2002
 • DEMETER
 • DOUBLE STAR
 • HOTPAY-2
 • ISOPROBE/ARCAD3
 • MARS-GEOMICROPAL
 • MEMO/INTERBAL
 • MIP/ROSETTA
 • PWA/CASSINI-HUYGENS
 • PWS/PHOBOS
 • SOLAR ORBITER
 • STAFF/CLUSTER
 • TARANIS
 • TBF/ARCAD3
  WHISPER/CLUSTER

 
 • AMON
 • AMON-RA
 • ELHYSA
 • STAC
 • SALOMON
 • SALOMON-N2
 • SPIRALE
 
 • PROGRA2
 
 • SuperDarn
 
 • RE-SMIC (CIMS)
 • TOF-SIMS
 
 • Radiohéliographe
 • Radiotélescope
 • LOFAR
 
 • Modélisation d'une antenne électrique
 • Distribution en énergie de champs turbulents
 • MIPLASMO
 • Assimilation de données chimiques
 • Les réseaux de neurones dans les plasmas spatiaux
 • Fonction de distribution des ondes
 
 • SWAN
 • PRASSADCO
Crédit : nous remercions tous nos partenaires (dont CNES, ESA, NASA, etc) pour les images et photos mises à notre disposition.
 

————LPC2E ————
Reproduction interdite
sans autorisation préalable

  Moyens sol Nançay

    

 


Le vendredi 20 mai 2011 la station française du réseau européen de radioastronomie Low Frequency Array (LOFAR) a été inaugurée à Nançay dans le Cher. LOFAR est le plus grand radiotélescope au monde, constitué d’une cinquantaine de stations réparties en Europe, dont celle de Nançay comprenant deux jeux de 96 récepteurs combinant 1600 antennes. Cet instrument permettra d’observer les premières lueurs de l’Univers, comprendre la formation des premières étoiles et premières galaxies, chercher des exoplanètes, …

Cette station est installée avec le soutien de l’INSU du CNRS, de l’Observatoire de Paris, de l’Université d’Orléans et de l’Observatoire des Sciences de l’Univers en région Centre.


LOFAR est un grand réseau d’antennes basses fréquences (30-240 MHz) qui amènera un gain de 1 à 2 ordres de grandeur en sensibilité et en résolution angulaire par rapport aux instruments existants.

Permettant une imagerie multi-fréquences et multi-faisceaux à grand champ, haute sensibilité et hautes résolutions angulaire, spectrale et temporelle, avec mesure de la polarisation complète, LOFAR sera le 1er télescope basses fréquences généraliste ainsi que le 1er spectro-imageur à des fréquences = 100 MHz. Les objectifs scientifiques-clés incluent un survey profond du ciel, l'étude de la réionisation de l'Univers, des sources variables telles que pulsars, jets, étoiles éruptives, planètes et exoplanètes, la détection des rayons cosmiques de très haute énergie, et la physique du milieu interplanétaire.

LOFAR est un projet à l'origine Néerlandais conduit par l'institut ASTRON à Dwingeloo, aujourd'hui en large partenariat Européen. Actuellement en fin de construction, l'instrument est en opération progressive depuis 2009. Il offrira des bases interférométriques jusqu'à 100 km aux Pays-Bas (résolution angulaire entre 2,5" à 240 MHz et 20" à 30 MHz), et jusqu'à 1000 km en incluant les stations LOFAR européennes en Allemagne, au Royaume-Uni, en Suède, et en France à Nançay.

La station LOFAR de Nançay FR606 est situé sur le site de la Station de Radioastronomie de Nançay (département Cher, région Centre). Celle-ci est une Unité Scientifique de l'Observatoire de Paris et une Unité de Service et de Recherche du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), sous co-tutelle de l'Université d'Orléans/Observatoire des Sciences de l'Univers en Région Centre (OSUC). La construction de la station LOFAR FR606 a débuté en automne 2009. Après des premiers tests et la validation de la station, elle a été acceptée le 30.11.2010.

L’acquisition et l’implantation de la station LOFAR française ont été financées principalement par l’Observatoire de Paris et l’Institut des Sciences de l’Univers du CNRS, et soutenue par l’Observatoire des Sciences de l’Univers en Région Centre (UMS CNRS/Université d’Orléans), sur la base de l'argumentaire scientifique du consortium FLOW. Les études LSS (LOFAR Super Station) sont financées par l’ANR. L’OSUC participe à la mise en œuvre de LOFAR et LSS et héberge notamment l’Action Spécifique SKA/LOFAR, formée par l’INSU pour organiser la communauté scientifique radio basses fréquences française. Le LPC2E participe aux tests, au « commissionning », à l’organisation et la gestion des projets LOFAR et LSS, et à leur exploitation scientifique. La liaison à haut débit nécessaire a été mise en place, grâce au Plan de Relance et à d’autres financements, par le réseau RENATER qui en assurera l’exploitation. Pour plus de détails, veuillez consulter le site de LOFAR.

 

Contact : J.-M. Griessmeier / M. Tagger